J’ai testé … les serviettes lavables

J’ai testé…les serviettes hygiéniques lavables !

Serviette hygiénique lavable
Ma PLIM

J’ai pensé au départ adresser cet article aux femmes uniquement puisque logiquement, ce sont les femmes qui sont directement concernées par la gestion de leur cycle (et que cela reste, encore de nos jours, un sujet assez tabou). Et puis je me suis dit que NON, les hommes peuvent AUSSI s’informer. Donc oui, je vais aussi m’adresser à TOI, HOMME ! Car oui, tu dois forcément connaître au moins une femme concernée par les

menstruations ! Et si en plus tu es intéressé par l’environnement, alors ce sujet est pour toi ! (Si,si, je t’assure).

Les raisons du choix PLIM

Alors voilà, comme je l’ai explicité dans le titre, je me suis lancée dans les serviettes lavables (non, ce n’est pas sale !). Pourquoi dois-tu te demander ? Et bien c’est simple, il y deux raisons principales :

 

1 / parce qu’on jette bien trop de choses et qu’on peine déjà à recycler le recyclable alors imagine les produits menstruels… On estime qu’une femme jettera dans sa vie entre 10 à 15 000 produits menstruels[i] (tampons, serviettes, applicateurs etc.). Tu imagines les dégâts à l’échelle mondiale ?! Et je ne parle même pas du coup environnemental de leur production…ça fait froid dans le dos, n’est-ce pas ?

2 / C’est pas non plus super bon pour notre intimité ! Entre les irritations, les sécheresses, les mycoses et même le syndrome du choc toxique pour les cas les plus graves qui peut engager le pronostic vital, les protections classiques ne sont pas très bonnes pour nous. Non, je n’abuse pas, renseigne-toi[ii] ! Ainsi tu vois, Homme, pour la santé de celle qui t’est et te sont chères, c’est tout de même une information capitale !

Quelques questions

Une fois le tour de la question fait et le contact avec PLIM établi, il n’y avait plus qu’à tester attendre le prochain cycle pour tester!

C’est non sans excitation que j’ai ouvert mon enveloppe contenant une PLIM PLUS et deux protèges lingerie.

Première impression : la serviette est très fine, souple. Va-t-elle tenir le coup ? Est-ce que le flux peut traverser ? Sur le papier : non. Mais en vrai ? Et niveau odeur ? Et mince, je n’avais pas pensé à l’entretien… (ce n’est toujours pas sale, enfin je crois…).

Bref, assez tergiversé, il faut y aller. Si avec les serviettes jetables j’ai mes habitudes et mes repères, ici, je suis sans l’expectative…la PLIM étant parfaitement symétrique, je n’ai pas idée où la positionner. Et vu qu’il n’y a pas de face adhésive, je me demande si elle va rester en place ou bien s’offrir une petite visite du coin…on verra bien. La pose n’est finalement pas si complexe, je m’en sors rapidement. Je suis habillée, prête à enfourcher la moto pour aller travailler. Ah oui, c’est vrai. Je suis à moto et il y a des dos d’ânes…j’espère qu’ils seront sans conséquence !

Le résultat

Je ne vais pas te faire un résumé de ma journée mais aller directement au passage résultat ! Sache simplement que c’était LE jour le plus abondant et que j’ai poussé ma PLIM à bout, histoire de voir ce qu’elle avait dans le ventre ! Oui, je voulais savoir si en cas extrême je pouvais compter sur elle.

Et la réponse est… roulement de tambour…OUI !!!

J’ai été très agréablement surprise. Déjà, le contact est super doux et confortable. Il faut dire que le coton bio y fait beaucoup ! Ensuite, je n’ai eu aucune sensation de gêne ou d’humidité. Je suis restée parfaitement au sec. Je ne dis pas que je n’ai pas inspecté tous les sièges sur lesquels je m’étais assise, c’était ma première fois donc je n’étais pas 100% en confiance mais clairement la PLIM sait se faire oublier, et je l’en félicite.

Autre point positif : et bien pas d’odeur ! Je ne sais pas pourquoi cela me tracassait, mais si toi aussi tu te poses cette question, crois-moi, tu peux d’ores et déjà l’oublier.

Ah ! Et si tu te demandes si ma PLIM est partie en balade, et bien je te réponds : non et c’est peut-être dommage. Pour être parfaitement honnête, je ne l’avais pas très bien mise, probablement parce que je n’étais pas bien réveillée, mais toujours est-il qu’elle était de travers…je te laisse imaginer la suite. L’avantage est que je m’en suis rendue compte assez tôt (j’ai fait un contrôle juste en arrivant au travail pour être sûre que tout était en ordre). Comme elle n’est pas adhésive mais tient grâce à des clips, j’ai pu la faire glisser et la remettre dans le droit chemin une bonne fois pour toute. Et ça a été la fin des ennuis.

Le Lavage

Niveau entretien,et bien je confirme : super simple ! Je m’attendais à trouver une boucherie et en fait non. RAS, on est très loin du slasher movie (si tu es fan, désolée, ce ne sera pas avec une serviette lavable !). Un petit trempage, lavage au savon de Marseille, séchage et voilà. J’ai pu la reporter le surlendemain sans aucune surprise (j’ai pris soin de la positionner bien droite !). Je peux le dire : ce n’est pas sale ! A la fin du cycle, je l’ai pliée comme indiqué sur la notice, un tour en machine et elle est prête pour la prochaine fois !

Donc si toi aussi tu te questionnes, je n’ai qu’un mot à dire : FONCE ! Et si toi, HOMME, tu te questionnes aussi : parles-en aux femmes qui t’entourent, partage cet article que sais-je ! Œuvre pour améliorer le monde !

Dans tous les cas mon choix est fait : je me mets aux serviettes lavables et je pense bientôt tester la culotte de règle !

Merci à PLIM pour les protections reçues !

 

 

 

 

[i] https://www.planetoscope.com/hygiene-beaute/1598-consommation-mondiale-de-serviettes-hygieniques.html

[ii] http://www.chu-lyon.fr/fr/chocs-toxiques-lies-aux-regles-tampons